sonnet ardent

Au fond d’une forêt figée dans la froideur
Sur un arbre éploré coulent sève et feuillage
Il tape de sa hache avec force et vigueur
Pour faire de ce bois le feu de son chauffage

Coupé fendu rangé le tronc sur un traîneau
Le vieil homme harassé attelle son cheval
Traverse la vallée en vue de son hameau
Lentement dos voûté contre le vent glacial

Enfin mis à l’abri de la bise mordante
Il souffle sur la braise à peine rougissante
Il attise et ravive un feu de cheminée

La chaleur du foyer dans ses yeux éblouis
Éveille en son esprit des souvenirs enfouis
L’ardeur inégalée de ses amours passés

 

Texte écrit dans le cadre du printemps des poètes sur le thème de l’ardeur.

mars 22, 2018